archive-es.com » ES » X » XN--DAT-DMA.ES

Total: 456

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Daté — BROOM — Genève
    zone empoisonnée aujourd hui complètement déserte Géré par le collectif KLAT qui a tenu le SHARK au rez de chaussée du même bâtiment durant deux ans et par Diego Castro et Dunja BROOM axe sa programmation sur un mode pluri disciplinaire intégrant aussi bien des expositions que des événements ponctuels et festifs éventuellement des concerts et des projections Sans vouloir répéter l expérience du SHARK ou même celle de FORDE

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/GENEVE/BROOM-COLLECTIF-KLAT/s2/breve-242.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive


  • Daté — THERE'S ONE IN EVERY CROWD — Lausanne
    histoire de l Allemagne L artiste hambourgeois porte un regard sur les coulisses de la censure contre les productions culturelles souvent traitées par la presse comme une forme de thérapie ponctuelle de la libre expressivité d Etats qui s autoproclament démocratiques Ici la censure est mise en contexte par l artiste pour en définir un champ socio politique extrêmement précis Etre artiste en 2009 ça se définit encore être précaire

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/LAUSANNE/STANDARD-DE-LUXE-DIEGO-CASTRO-TILO-STEIREIF/s2/breve-239.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — ARCHIPEL — Lyon
    librairie spécialisée Archilib histoire qu on n oublie pas le lien de paternité et pour les âmes les plus touristiques ou en quête de hauteurs la maquette 1 1 000e de la ville de Lyon Inaugurée durant la Xème Biennale de Lyon elle propose après métamorphose sa toute première exposition intitulée Global Award for sustainable architecture 2007 2008 2009 consacrée aux 15 architectes lauréats depuis 2007 du prix de l

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/LYON/ARCHIPEL/s2/breve-237.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — — Burgdof
    l occasion de l inauguration de la fresque qu ils ont réalisée sur la patinoire de La Clusaz en France J ai été rapidement séduit par leur travail qui explore les frontières entre design architecture et art Sans pour autant se tromper c est bien d art contemporain qu on parle ici Ils m ont reçu dans leur appartement qui surplombe l atelier où ils travaillent Sur le toit de

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/BURGDOF/LANG-BAUMANN-SALAR-SHAHNA/s2/article-118.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — — New York
    Art Awards begs the question if the art world has become so intertwined with the world of celebrity and entertainment that it is beyond recovery from mediocrity and vulgarity The celebrity quotient was represented by presenters Sofia Coppola Mary Kate Olsen Kylie Minogue and Julianne Moore The event was sponsored by Calvin Klein In an age of increasing celebrity status for artists including an upcoming reality show on artists by Bravo it is questionable if this event serves a purpose beyond press for Pruitt who the event is named after Pruitt stated that he wanted the event to be a super entertaining parody But I wanted it to have its own integrity as well Winners received a trophy limited edition art object designed by Pruitt of a champagne bucket and bottle that functions as a lamp If Art Awards will survive and increase the public awareness of art won t be known until it establishes a sense of longevity Pruitt believes Anything that gets more people to pay attention to what is going on in Chelsea and other art centers throughout the world is a good thing For the moment thankfully the awards also served as a benefit for non profit spaces White Columns and Studio In A School AND THE WINNERS ARE ARTIST OF THE YEAR WINNER Mary Heilmann Louise Bourgeois Urs Fischer Dan Graham CURATOR OF THE YEAR WINNER Connie Butler Klaus Biesenbach Daniel Birnbaum Massimiliano Gioni EXHIBITION OUTSIDE THE UNITED STATES WINNER Jeff Koons Versailles Château de Versailles France Francis Bacon Tate Britain London Mike Kelley Educational Complex Onwards 1995 2008 Wiels Contemporary Art Centre Brussels Wolfgang Tillmans Lighter Hamburger Bahnhof Museum für Gegenwart Berlin GROUP SHOW OF THE YEAR GALLERY WINNER Who s Afraid of Jasper Johns Tony Shafrazi Gallery New York A Twilight Art Harris

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/NEW-YORK/ART-AWARDS-CHEONG-KWON/s2/article-116.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — — Thoune
    plus impressionnant la photo de Daguerre qui naît de l exigence de perfectionner la technique du panorama et de son cousin surpuissant le cinéma des frères Lumières le panorama était une entreprise commerciale de divertissement et de dépaysement comparable aux actuels blockbuster holywoodiens Au XIXème siècle on faisait ainsi facilement la queue pour aller voir ce genre de peinture qui plongeait le spectateur dans le dépaysement et l admiration Car les détails étaient saisissants et l ensemble cohérent Enfin la hauteur du point de vue et la technique perspective donne au spectateur l illusion de la suspension et interpelle notre sixième sens l équilibre Le dépaysement était en revanche assuré par des sujets populaires comme villes exotiques représentations des Alpes batailles fameuses dans une alliance de géographie et histoire Ils étaient d une manière générale exposés dans des grandes métropoles Ainsi par exemple le Panorama de l Oberland bernois par l artiste genevois Baud Bovy partie du colossal Panorama des Alpes Suisses de Baud Bovy Burnand et Furet 120x16 mètres 2 000 mètres carrés et sept tonnes de toiles et Alpes Suisses présenté avec succès à Chicago en 1893 fit carrément le tour du monde Chicago Anverse Genève Dublin avant de sombrer dans la Manche sur la route pour la Suisse où l attendait en vain le mécène de l entreprise le genevois Benjamin Henneberg LA CELEBRATION D UN POINT DE VUE Faute de dépaysement on pénètre quand même dans une ambiance résonnante Genre église ou piscine photo 3 On chuchote Le plan est rond La toile commence deux mètres au dessus de ma tête Un escalier en spirale au centre mène au premier cercle de ce purgatoire laïque Une ascèse vers le point culminant du panorama le point G sous le puit de lumière sommital qui laisse plonger une lumière naturelle photo 4 Manque de bol au point g se trouve déjà toute une classe de je ne sais quelle école La prof indique d une voix aigue les différents détails Essaye en vain d attirer l attention des élèves sur le fait que la peinture a été faite entre 1809 1814 on a fêté cette année le 200ème anniversaire Que pendant cinq ans le peintre mineur Wocher a peint chaque détail se issant sur la maison plus haute de Thun A investi son argent pour construire le bâtiment circulaire à Bâle pour abriter un panorama qu il aurait essayer de revendre et qui a été ensuite été retrouvé par hasard après la guerre par un huissier sous le parquet d une salle de gym d une école de Thoune Mais les élèves savent très bien que le panorama est avant tout une question de point de vue On se perche On prend des photos On regarde les vieilles aux fenêtres Le détail des chats photo 5 Et puis finalement je fais aussi comme tout le monde Je fais mon petit film aussi Inutile de prendre des photos Je rends aussi à cette peinture sans limites de cadres qui

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/THOUNE/PANORAMA-NICOLA-DE-MARCHI/s2/article-117.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — POUR MEMOIRE — Paris
    les indices de temps de lieux pour mieux appréhender la mémoire et son fonctionnement souvent sélectifs et pour autant inconscient Silvie Defraoui continue de poursuivre ce travail comme en témoigne notamment trois nouvelles pièces qu elle présente dans Sombras eléctricas au CCS de Paris Titre qui fleure bon le télescopage de sphères référentiels Sous son accent ibérique il donne la traduction exacte du terme que les Chinois utilisent pour nommer le cinéma Le ton est donné les images qu elle nous offre n ont pas forcément à voir mais davantage à oublier sont mouvantes Sans se cantonner aux 24 images par seconde Sylvie Defraoui joue d un mouvement plus suggestif qui réside en chaque représentation Outre l analogie par métonymie de sens ou de forme elle induit ou reconnaît que rien n est figé et qu une chose peut faire penser à ce qu elle n est pas Tout objet subit les projections et dérives constantes de notre esprit Des superpositions de strates visuels ou d éléments mnésiques enregistrés consciemment ou non se rencontrent et déplacent la perception de ce qui nous entoure L artiste souligne ces glissements dans des assemblages à la facture soignée qui ne sont pas sans rappeler l ornement Das Bild in Boden l image dans le sol 1986 2009 recense à la mode d un collectionneur une série de carreaux de dallages où l ajout de points noirs dessine un masque Cette tendance à donner une figure anthropomorphique aux objets les plus banals est une pratique que nous avons tous eu certains la recherchent alors que d autres l appliquent involontairement A noter la publication qui accompagne cette exposition Les choses sont différentes de ce qu elles ne sont pas avec des textes de Silvie Defraoui et Dario Gamboni ainsi que l entretien entre l

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/PARIS/SYLVIE-DEFRAOUI-BENOIT-BILLOTTE-CCS/s2/breve-235.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — A BICYCLETTE — Grenoble
    l artiste sans pour autant tomber dans l inspection de son atelier espace sacré par les touristes comme en témoigne celui de Brancusi à Paris offre un contexte d inscription de son travail non négligeable Regroupant plus d une centaine d artistes l exposition se structure autour de thématiques de focus qui rendent compte de la démarche d Olivier Mosset Une salle est consacrée à ses pères ou à ceux qui ont nourrit ses recherches une autre aux portraits réalisés par ses amis Steven Parrino Walter Steding ou encore une qui est dédiée à sa passion pour le monde du motocyclisme d où le titre de l exposition Outre une liste de noms à faire pâlir de nombreuses institutions publics ou privées le véritable accrochage semble se construire au niveau des cartels Ceux ci permettent de dessiner un ensemble de filiations références ou hommages pour mieux rendre compte d un réseau artistique représentatif de ses quarante dernières années Par ailleurs le statut du collectionneur en devient le second sujet d exposition On découvre non pas une volonté de spéculer ou de constituer un classement muséographique mais bien plus une familiarité à rassembler des oeuvres de manière occasionnelle souvent issue d échange de services de prêt de soutien voire même de copie L attribution la propriété et même la valeur d une oeuvre d art est par là même reconsidérée ce positionnement rappelle la critique institutionnelle qu Olivier Mosset a notamment initiée avec le grouper BMTP Dans cette exposition il continue à se présenter avant tout comme artiste et non comme un collectionneur voulu Il précise dans un entretien avec Yves Aupetitallot Ce rassemblement d uvres est devenu une collection avec Edmond Charrière critique d art et conservateur du Musée des Beaux Arts de 1984 à 2007 Il a organisé une

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/GRENOBLE/MAGASIN-BENOIT-BILLOTTE/s2/breve-236.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive