archive-es.com » ES » X » XN--DAT-DMA.ES

Total: 456

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Daté — GENIPULATION — Bienne
    qui ne laissent pas indifférente l opinion publique Entre éthique savoir faire technique projection futuriste et spéculation mercantile l exposition Génipulation dresse un panel d interprétations artistiques Offrant un terrain de jeu infini les différents invités flirtent avec le savant parfois fou pour mieux questionner les potentialités et dérives liées aux expérimentations scientifiques de notre époque Le décryptage ADN y est observé sous toutes ses coutures pour ouvrir sur les

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/BIENNE/GENIPULATION-CENTRE-PASQUART/s2/breve-226.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — Gerwald Rockenschaub à la Villa du Parc — Annemasse
    l espace pour mieux en souligner sa construction ou sa conception Qualifié d artiste ambianceur cette attitude prend racine dans une de ses expériences ou déformations professionnelles Au début des années 80 Gerwald Rockenschaub agit comme VJ sur la scène post punk autrichienne il anime d abstractions géométriques les écrans de projection Ces formes variables mouvantes aux couleurs denses furent notamment présentées il y a un an de cela à la Villa du Parc lors de l exposition collective La même chose mais autrement avec la pièce Ohne Titel une série de sept vidéos inscrite dans une dynamique minimaliste funky Cette expression qualifie bien l artiste et résulte notamment de sa première rétrospective Funky minimal présentée en 1999 au Kunstverein de Hambourg et au Consortium de Dijon Un catalogue monographique éponyme fut édité aux Presses du Réel Figure de style proche de l oxymore ou plutôt de l antinomie le minimalisme funky souligne que l artiste aime lier l objectivité rationnelle du minimalisme à l extravagance du funk Intitulée Find Keep l exposition de Gerwald Rockenschaub à la Villa du Parc fait cohabiter aussi bien des oeuvres récentes anciennes et nouvelles L objet d une ambiance serait il non plus

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/ANNEMASSE/VILLA-DU-PARC/GERWALD-ROCKENSCHAUB/s2/breve-227.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — Share Geneva, Kubic à l'Usine — Genève
    Réanimée récemment par le Mapping Festival la structure qui sommeillait depuis deux années propose désormais un rendez vous mensuel gratuit ouvert aux musiciens et performeurs de tout poil désireux de contribuer à des jams audio visuelles Expérience concluante il y a quelques jours au Zoo où malgré le léger forcing du départ une animatrice nous a bien fait comprendre au micro que c était une performance participative et qu elle n allait pas se faire toute seule la sauce a pris et chacun s est amusé à déplacer de gros cubes blancs baignés dans la lumière d animations projetées Il faut dire que le vernissage de l exposition des diplômes du CERCO à la Villa Dutoit quelques heures plus tôt avait déjà bien chauffé la piste et que ça rigolait dans les angles Chacun y a mis du sien en particulier avec les cubes Pierre en a pris une douzaine pour faire un petit mur Paul en a mis trois en porte à faux de façon à former un escalier C est au moment où Jean plus audacieux s est mis en tête d en faire tenir un tout en haut et sur un coin que patatra les cubes sont tombés par terre Tout était à refaire C est aussi à ce moment qu une ressemblance troublante entre ces cubes et les legos s est hasardée nous projetant brutalement et toute l Usine avec au coeur d un séminaire d entreprise ou d un workshop de management créatif Un peu comme si l économie de marché avait été reproduite à une échelle réduite et que nous nous étions trouvés en plein montage ou pour certains en plein psychodrame en pleine crise Management d entreprise appliqué aux dreadlocks Opération de charme d une boîte de consultants en communication Chasseurs de talents

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/SHARE-GENEVA/USINE/s2/breve-233.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — La solitude de la commissaire d'exposition — Genève
    pas seulement Ce serait plutôt le signe du retour des Maîtres Mais attention des nouveaux Maîtres qui en plus de connaître leurs classiques maîtrisent les modernes et les postmodernes Adorno Foucault Derrida et tout ça La déconstruction est passée par là et il s agit de subtilement l incorporer combiner tous les degrés jongler avec les valeurs et renverser les codes Donc une Maîtresse qui tient autant d Ines de la Fressange que de l Olympia de Manet Donc une pile de livres sortis de la bibliographie d une thèse en philosophie critique de l art Donc un graffiti flirtant avec une chaise design éditée par Vitra Donc une panoplie dentelle résille manchette gomina qui fleure bon le concept porno chic inventé par Helmut Newton dans les années 70 et usé jusqu à la corde du string par Tom Ford dans les années 90 et 2000 La volonté de brouiller les codes se retrouve dans le statut même de l image est ce l affiche annonçant la manifestation ou l oeuvre maîtresse de l exposition A t on affaire ici à la curatrice ou à l artiste Dans le premier cas pourquoi n y a t il aucun artiste de l exposition mentionné sur l affiche Dans le second pourquoi l image n est elle pas dans le catalogue Quels buts dans ce choix de redistribuer les rôles ou plutôt de les endosser tous les uns sur les autres curatrice artiste modèle en reléguant les participants aux oubliettes hormis évidemment le plaisir ambigu de l omnipotence et l assurance d un bon coup en matière de communication Nul doute qu avec cette affiche Donatella Bernardi s est offert un luxe que nombre de curateurs doivent secrètement lui envier En cela elle répond pleinement à la thématique de l exposition en exprimant une attitude contemporaine 1 qui renvoie davantage à Victoria Beckham qu à Isaac Pictet Tout comme l exposition actuelle de Xavier Veilhan à Versailles intitulée en toute simplicité Veilhan Versailles où l on peut découvrir les portraits en 3D des stars de l architecture contemporaine et toutes proportions locales gardées l affiche de Post Tenebras Luxe sur la façade du Rath révèle deux symptômes en croissance accélérée dans l art contemporain d abord un besoin difficilement avouable après des années de volonté de table rase et néanmoins incompressible d avoir des repères donc des figures vite transformées en maîtres puis carrément portées au pinacle comme des idoles sur lesquelles on va pouvoir cristalliser des kilos de fantasmes besoin que l on exprime sur un mode ironique permettant de jouer sur plusieurs tableaux L efficacité marketing couplée à la pensée critique Richard Branson cloné avec Michel Foucault Ensuite une tendance à l hyperindividualisation qui prône aujourd hui après la libération de soi des années 70 l accomplissement de soi des années 80 90 carrément la jouissance et le ravissement de soi Karl Lagerfeld est l exemple parfait de cette tendance en véritable stratège de la mise en scène et en

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/GENEVE/DONATELLA-BERNARDI/COCO-CHANEL/FABIENNE-RADI/s2/article-105.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — — Lacoux
    favorable où les contraintes peuvent faire l objet d un accomodement raisonnable Tout d abord le parcours s inscrit dans une programmation essentiellement estivale et gratuite il est bien connu que le soleil favorise le zone d acceptation du cerveau et d autant plus quand ça ne coûte rien Les étapes du parcours ne se font pas toutes dans des espaces dévolus à l art dont l accès semblent à tort réservé aux initiés Même le néophyte ascendant réfractaire à l art contemporain et rarement content de rien pourra non pas se forcer à apprécier l oeuvre ni à chercher une seule et unique compréhension possible mais se rappeler à son bon souvenir l espace réceptacle qui lui est également présenté Les lieux de monstration sont souvent à eux seuls dignes d intérêt par leur impact visuel leur référence au patrimoine architectural ou historique Pour les plus attachés à l ordre et au cloisonnement imperméable de la même couleur que leur K Way noir ils pourront se rassurer d un retour à la normal proche Ces parcours ont une durée limitée et se répètent d année en année que sur quelques mois pour laisser ces espaces vierges de toute action soi disante dénaturante L artiste n est pas en reste il lui est donné de concevoir non pas une pièce qu il placera dans un espace lambda mais davantage une mise en discussion d un environnement avec un travail conçu spécifiquement pour le site nommé de manière générique in situ ou site spécifique Il est vrai que la contrainte de temps et d accrochage n est pas évidente D autant plus que les forces inhérentes au lieu ne peuvent se soustraire au regard d un simple battement de cils ou concentration mentale Un véritable jeu de composition se présente à lui Tout en restant libre de le refuser ou d en jouer il peut souligner les caractéristiques de l espace soit par exacerbation évocation diminution négation ou transformation Le challenge est de taille mais non fermé les thématiques de ces parcours restent souvent larges pour ne pas cloisonner la démarche de l artiste Ce dernier bénéficie par ailleurs d une visibilité accrue par effet de groupe la communication orchestrée par et à l échelle du département se limite rarement au traditionnel carton Elle est complétée par un dépliant voire une brochure catalogue et une archive la plupart du temps sur internet La période d exposition se voit elle aussi gonflée elle s étend au delà du mois symbolique pour couvrir au minimum la période estivale Quant aux organisateurs de ces parcours d art contemporain souvent des chargés culturels de la région du département ou d autres collectivités de communes ils ne font nullement l objet de désacoutumance Ils restent dans des rouages bien huilés Tout effet de vague y est proscrit seul compte l image et la communication de la circonscription Proche du management la culture et plus précisément l art contemporain y devient synonyme de plus value esthético touristique

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/LACOUX/PARCOURS-ART/s2/article-111.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — WHY PAINTING NOW ? — Genève
    la question même de la peinture qui est soulevée ici dans un sursaut post moderne À travers des uvres de Martin Kippenberger Jim Shaw Mel Bochner Francis Baudevin et bien d autres se précise une interrogation la mort de la peinture si souvent annoncée a t elle jamais eu lieu Du 17 septembre au 19 décembre 2009 BFAS BLONDEAU FINE ART Rue de la Muse 5 CH 1205 Genève Je

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/GENEVE/BFAS-BAUDEVIN-PAINTING/s2/breve-220.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — Manoeuvres 2/3, Chantier du Collège Sismondi — Genève
    Transmissions au chantier du collège Sismondi Le premier volet en 2007 s était révélé réussi Les visiteurs pataugeaient dans des flaques d eau on ne savait plus très bien si elles provenaient du chantier des installations ou du mauvais temps C était peut être la première expo vraiment convaincante que j aie jamais vue à Genève Cette fois on a retrouvé les complices Delphine Reist et Laurent Faulon avec Demis Herenger et un concert de Jérôme Noetinger dans l après midi Diverses vidéos dont celles d Eric Duyckaerts et de Paul McCarthy Le chantier a bien avancé depuis la première édition le bâtiment se profile dans sa splendeur fonctionnaliste et labyrinthique on l arpente dans ses recoins visitables à la recherche des uvres Entre jeu de pistes et installations in situ on retrouve les mêmes recherches et préoccupations que le premier volet sans toutefois la même émotion serait ce dû au bâtiment quasi achevé au vert hôpital des intérieurs ou aux pièces déjà connues exposées Le temps de se retourner et cette exposition d un jour ferme déjà ses portes CHANTIER DU COLLEGE SISMONDI 30 Av de Genève CH 1202 Genève Dimanche 4 octobre de 11 à 18 00 T

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/MANOEUVRES-2-3/COLLEGE-SISMONDI/FAULON-REIST/s2/breve-234.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — Kunsthalle Bern : Voids, eine Retrospektive — Berne
    vides et pas vides n importe comment rigoureusement vides Des vides sans addition soustraction ou modification vides ni plus ni moins Beaucoup de conceptuels bien sûr à l affiche de cette exposition manifeste avec entre autres Art Language Robert Barry et Stanley Brouwn Rien à voir Peut être mais tout à lire en tout cas Un important catalogue d exposition édité par un pool d artistes d auteurs et de curateurs dont les inséparables John M Armleder et Maï Thu Perret éclaire des propositions artistiques semblables à vue d oeil et pourtant très différentes documents d archives et enquêtes à l appui Radicalisant une tendance croissante dans le commissariat le catalogue devient le plat de résistance de l exposition jusqu à se substituer complètement à l exposition elle même et le cas échéant à sa médiation Se pose dès lors la question des différences de plus en plus marquées entre un public bibliophile expert et le public des visiteurs plutôt néophyte En marge de l exposition et pour faire bonne mesure performance de Ben Vautier projections de films séance d écoute de Francis Baudevin qu on peut régulièrement entendre à la galerie 1m3 à Lausanne et concert de l ensemble

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/BERNE/KUNSTHALLE/VOIDS-RETROSPEKTIVE/s2/breve-231.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive