archive-es.com » ES » X » XN--DAT-DMA.ES

Total: 456

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Daté — Fondation Salomon à Alex — Alex
    du hall d entrée Un contexte fort se dégage du site et invite le visiteur à une dérive onirique voire magique L exposition se structure sur un corpus de six artistes essentiellement féminins proposition inhabituelle importante à souligner Sans se cantonner à une tendance well made ni pour autant à une approche bad painting un ensemble de pièces proches du bricolage mélange les supports les matériaux et les qualités de finition Des assemblages jouant avec les métonymies de formes et de sens ponctuent le parcours et invitent à l envoûtement La mise en espace de certaines pièces appuie ce sentiment La salle de la cheminée avec le travail de Klara Kristalova offre une série de sculptures et de dessins baignées dans la pénombre où quelques sources de lumière diaphane capturent l oeil La salle de Stéphane Pencréac h quant à elle s impose par une prise totale de l espace sous un éclairage néon on ne peut plus cru Proche de la surcharge et du jeu théâtral il s impose comme le démiurge d un univers des possibles sans concession esthétique Le sortilège n en est pas pour autant constant et semble avoir de la peine à se diffuser Des champs d expérimentation se donnent au regard sans chercher à le surprendre Bestiaires chimères transmutation forces animistes se multiplient au gré des salles au travers d un cadre rigide fortement ancré dans une imagerie populaire passéiste ou à l inverse uniquement autoréférentielle L acte de création exutoire proche de la catharsis y est redondant et parfois même complaisant Le cabinet de curiosité déployé autour de Sortilège semble se cantonner à un système de références quelque peu trop entendu où l exploration des résonances contemporaines est omise L artiste sorcier n a peut être pas voulu dévoiler ses secrets pour mieux

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/ALEX/FONDATION-SALOMON-SORTILEGE/BENOIT-BILLOTTE/s2/article-73.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive


  • Daté — Jean-Thomas Vannotti à la galerie UNE — Neuchâtel
    en Arts Visuels de l ECAL Vannotti comprend la photographie comme base de travail conformément à sa pensée picturale Ses principes artistiques telles que ses vues rapprochées et ses représentations de la réalité dans un cadrage fragmentaire sont transposés dans le photoréalisme évoquant des aspects sociocritiques de notre époque Malgré la fidélité au motif ses peintures possèdent un caractère plus proche de l ébauche que du fini animé par la puissance imaginatrice et transformatrice de l artiste La peinture coule sur la surface de la toile trahissant une pause furtive Loin d être uniquement représentatif son propos semble corroboré par le renvoi explicite à l illusionnisme baroque Alors qu une uvre comme l intrigante Dirty dirty dancing 6 2009 représentative de toute une série issue des clubs branchés londoniens se situe clairement dans la nouvelle vague de la peinture conçue sur la base du photoréalisme par son chromatisme et sa description des personnages son fond blanchâtre à la fois lumineux et indéfini renvoyant au fait quasi métaphorique du vide laisse apparaître la composante irréelle de son uvre Vannotti se joue de la lumière artificielle d éclairages multiples rappelant une théâtralité parfois proche des mises en scène baroques à l instar de l uvre Wao 2 2008 dont l étrangeté de la lumière artificielle bleutée se reflétant dramatiquement sur un torse hyperréaliste génère une telle tension visuelle qu un sujet banal se transforme ici en une mise en scène difficile à soutenir Sa fascination pour le peintre italien Caravage et ses clairs obscurs se révèle encore plus fortement dans son uvre Laptop 2009 qui présente une vue de son atelier dans lequel trône de manière insolite un ordinateur portable outil essentiel à sa démarche créatrice Parfois encore le travail de la chair et le rendu du tissu sont si lisses et

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/NEUCHATEL/GALERIE-UNE-JEAN-THOMAS-VANNOTTI/SEVERINE-CATTIN/s2/article-76.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — JULES VERNE REVISITÉ — Yverdon
    dernier semble n avoir de cesse à laisser son imagination dériver au fil des contes et des légendes aussi bien passés que contemporains Le fantastique imprègne ses dessins pour mieux en souligner tout le potentiel esthétique et onirique Il revisite notamment avec fascination l oeuvre de Jules Verne et plus précisément son ouvrage phare avec Vingt mille lieues sous les mers paru aux éditions Gründ Dans un tel contexte la

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/YVERDON/JULES-VERNE-MAISON-AILLEURS/s2/breve-157.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — Mystères à ONU — Genève
    M zéro M un M deux M trois etc Les salles qui accueillent du public doivent répondre à la norme M zéro M zéro il faut utiliser de la gouache des couches minces acryliques par exemple c est extrêmement précis ce sont des matériaux et des états de surface possibles D Comment ont ils pu se procurer ces résines M B Les résines sont des matériaux connus Eudald Guillamet a fait appel à des copains barcelonais pour savoir quelle résine ils utilisaient pour fabriquer des factices pour des musées Cette personne est venue sur Genève faire des essais d une résine étirée Le produit a été trouvé assez rapidement Il en a été fait une demande au fabricant Celui ci a refusé de livrer sachant l usage qui allait en être fait On peut supposer que cette résine n a pas été trouvée chez le fabricant originel mais chez un autre car les produits sont copiés et recopiés Quelque part il y a des fusibles qui ont marché l industrie quand elle est saine respecte les règles Après marché faisant on peut supposer qu une entreprise s est laissée tenter pour fournir peut être même plusieurs Si la société qui fabrique à l origine ce produit refuse de livrer c est qu il y a une raison Il y a des réponses qui ont été données qui pouvaient mettre en alerte sur la dangerosité de l usage de ces produits Pendant la période où j ai travaillé sur ce chantier tout a été fait pour qu on ne parle jamais de la dangerosité C était un tabou un artiste a le droit de faire tout ce qu il veut D Etiez vous informé du déroulement des différentes étapes du projet à Genève y avait il un cahier des charges M B A aucun moment il n y a eu un cahier des charges On employait du personnel mais on ne lui donnait aucun critère sur le chantier à venir c était le flou le plus total Que les choses soient floues dans l organisation parce que c est un travail d artiste je veux bien mais à minima il y a quand même des choses cadrées Entre autres les matériaux utilisés doivent être mentionnés avec les fiches techniques obligatoires un certain nombre de choses qui sont des critères que l on connaît quand on entre dans n importe quel travail D Pourquoi cette rétention d information M B Leur technique était très simple on vous paie et à partir de ce moment là vous êtes disponible et vous vous taisez Ouvertement tous les membres de l équipe savaient qu on était tenu par un contrat avantageux financièrement On ne nous payait pas pour le travail qu on faisait mais pour nous taire ou pour faire de la propagande Ce n est pas loin de la corruption en tout cas de méthodes malsaines La période où j ai travaillé si on parle de la généalogie de ce projet c est la

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/GENEVE/ONU-BARCELO/BULLIARD-SOPHIA/s2/article-79.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — FOLKLORE SUISSE — Genève
    surabondance de l argent tourisme de luxe et prédisposition à l instinct de sécurité l imagerie populaire helvétique sera disséquée au couteau suisse et dégustée à volonté comme son chocolat Sans se limiter à un simple accrochage cette manifestation invite également à échanger et à se rencontrer autour d un stand raclette d une écoute de musiques traditionnelles et de la projection du film Heimatklänge de Stefan Schwietert Vernissage le

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/GENEVE/FOLKLORE-SUISSE-VILLA-DUTOIT/s2/breve-150.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — AFFICHES SAUVAGES — Annemasse
    les vidéos proposées par Imagespassages une vision plurielle de la rue y est offerte L ensemble témoigne du potentiel d imagination et de pratiques suscitées par le milieu urbain Thématique déjà fort explorée voire usée il est fréquent de se voir cantonner à une observation du street art tag graf stickers et affiches Bien que présente dans l exposition elle s accompagne d une dérive urbaine et d une expertise

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/ANNEMASSE/13X13-AFFICHES-SAUVAGES/s2/breve-151.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — SMS EXPRESS — Genève
    brève POLITIQUES MAI 2009 Un SMS à 10 54 ce 7 mai Genève Cäsar Menz directeur du musée d Art et d Histoire de Genève destitué de toutes ses fonctions par Mugny ce matin à dix heures et demi suite à un audit du personnel avec effet immédiat Le bras droit de Mugny prendra sa place ad interim Permalink http xn dat dma es objects GENEVE MUGNY MENZ s2 breve

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/GENEVE/MUGNY-MENZ/s2/breve-153.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — revue — mai 2009
    FESTIVAL BD À VEVEY ENSEIGNES MUSICOGRAPHIE AU MEG SPOT ROMAND À BASEL PALME DES BAINS WHAT ELSE VISITES CHÈRE SOPHIE UN CRAPAUD À ALEX GALERIE UNE JULES VERNE REVISITÉ RÉGIONS MYSTÈRES À L ONU FOLKLORE SUISSE AFFICHES SAUVAGES POLITIQUES SMS EXPRESS ONT CONTRIBUÉ À CETTE ÉDITION BENOÎT BILLOTTE SOPHIA BULLIARD SÉVERINE CATTIN LAURO FOLETTI CHEONG KWON JEAN MARIE REYNIER SANDY VUILLAUME Permalink http xn dat dma es objects art contemporain

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/art-contemporain/S2/revue-0905.print (2015-09-25)
    Open archived version from archive