archive-es.com » ES » X » XN--DAT-DMA.ES

Total: 456

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Daté — Enterrer Artamis, KoKaKa — Genève
    institutions en construction c est tout Les raisons invoquées sont diverses lisibilité pertinence inactualité pas de public manque de place Comme si le journal à l image de la ville ne dispose que de restes d espace pour la culture alternative ou la culture off Le Courrier de Genève fait ici exception La presse commente une cinquantaine de films et de livres en deux mois elle résume les impressions à la sortie d une pièce de théâtre ou d une exposition Quelques journalistes isolés exposent la question de la ville des friches et des espaces de création ou d une démarche critique inscrite dans la politique culturelle actuelle L écriture comme outil critique perd du terrain remplacée par les interviews l instantanéité du direct la neutralité de l information ou les visites forcées des expositions Et après trois jours la machine à sédimentation que sont les quotidiens ne publie plus rien poussé par la culture de la mémoire courte Encore dans le Temps du samedi culturel du 22 novembre un éditorial insipide et nombriliste de Laurent Wolf qui se plaint d avoir été choisi pour voir et commenter quasi malgré lui en tant que professionel l exposition Geisterbahn de Barcelò et aussi une double page sur la rétrospective des uvres pour salon de cheminée du communiste Hans Erni Puis des disques entendus par un journaliste et vendus à la Fnac des livres lus et vendus chez Payot Le monde est clos entre la lecture de journal et l industrie culturelle Pauvres journalistes c est la course pour que le lecteur le matin au café puisse lire le journal culturel du samedi et à 10 heures vite se soulager par un saut à la Fnac ou chez Payot Ou encore vite un voyage à Paris un travail d écriture dans le

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/GENEVE/ENTERRER-ARTAMIS-KOKAKA-UECA/TILO-STEIREIF/article-24.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — Hard Hat — Genève
    dans nos locaux de façon spontanée et sympathique Ce côté familial est un des avantages des petites villes Balthazar Lovay est artiste je suis commissaire d expositions mais nous ne nous considérons pas comme des marchands et privilégions des rencontres organiques avec les artistes de la scène locale L edition de multiples reste la face émergée qui permet à l association de vivre et de faire autre chose daté es Vous exposez régulièrement depuis 2004 aux quatre coins de l Europe et même aux Etats Unis Comment se passent ces collaborations extra muros ou ces mandats avec d autres structures Le lieu d accueil est il déterminant pour choisir ce que vous allez exposer Balthazar Lovay Ça vient parfois d autres galeries qui travaillent avec les artistes que nous suivons et qui se montrent intéressées d autres fois ça vient de nous de Fabrice ou Lionel qui travaillent en tant que curateurs tout se passe par affinités de manière assez organique F S Si la sauce prend nous travaillons avec une personne cette personne nous en présente une troisième sans volonté stratégique préalable ce sont toujours des chaînes de rencontres qui nous amènent à collaborer B L Et c est un moyen de développer notre programme de manière différente que ce qu on peut faire ici en termes d espace simplement de donner une cohérence un peu différente à tous ces objets que nous ne pouvons montrer qu en petit nombre ici et que soudainement nous pouvons placer dans une autre perspective On rencontre aussi d autres regards d autres publics Nous nous trouvons aussi dans une sorte d interstice du point de vue du marché nos multiples n intéressent pas vraiment les galeries traditionnelles daté es Hard Hat existe depuis plusieurs années en tant qu association et non pas en tant que raison commerciale comme la plupart des vitrines du quartier des Bains Pouvez vous me parler de vos différences et de vos relations de voisinage B L Nous sommes une association à but non lucratif nous ne faisons aucun bénéfice tout est réinjecté dans d autres projets de production Tous ces paramètres font que nous sommes encore dans un flou Nous ne savons pas nous mêmes si nous sommes une galerie ou pas nous nous trouvons à la croisée de différents modèles F S D une certaine façon nous sommes plus proches de lieux comme Attitudes ou Forde d un autre point de vue nous partageons des points communs avec des galeries commerciales nous produisons des objets et nous les vendons D un autre côté nous agissons comme une agence de curating nous nous situons à l interstice de toutes ces choses et essayons de ne pas trop définir de rester délibérément confus et c est une position qui permet en fait de faire les choses très librement B L En janvier nous faisons une exposition avec Evergreene chez nous et chez eux avec un vernissage commun où nous produirons une édition c est un projet commercial qui

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/GENEVE/HARD-HAT-FABRICE-STROUN-BALTHAZAR-LOVAY/LAURO-FOLETTI/article-25.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — Naphtaline Lausanne — Lausanne
    qu en même temps il faut vouloir pour appeler un numéro sans avoir plus d information Daté es Y a t il des traces de cet événement A R Non on a révélé qui avait participé mais après on s est passé nos souvenirs entre nous mais en soi le moment appartenait à l artiste et à son interlocuteur Mais peu de gens ont appelé dans un sens ça n a donc pas marché du tout mais d un autre point de vue les échos ont été entendus pendant deux trois mois les gens en parlaient donc personne n appelait mais les gens trouvaient ça génial les curatrices du Centre Culturel Suisse nous ont mis dans leur newsletter etc Daté es Oui l idée est très bien A R mais elles n ont pas appelé Mais c était un bon coup de pub un peu prématuré Dans dix ans ont fera payer pour nous appeler rire Deux semaines après on a commencé les expos qui sont le deuxième volet de Call me I m an artist On avait ici dorénavant le lieu qui convenait Daté es Vous invitez donc des jeunes artistes à exposer quelque chose sur un week end S S Les expositions sont vernies le vendredi à 18 heures et finissent le lendemain à 18 heures On met à disposition le lieu mais on laisse l artiste libre A R Le fait qu on ne soit pas une galerie qu on soit un peu en dehors du truc fait que les gens n ont pas la pression Tu peux expérimenter un truc que tu ne fais pas d habitude S S Beaucoup d artistes prennent ces expositions comme des possibilités de collaborer avec d autres les gens se mettent ensemble Daté es De qui se compose votre public Vous communiquez seulement avec votre mailing list voir celle des artistes S S Le public c est la famille les amis les curieux Daté es mais les curieux sont rares A R Oui et il n y a ici ni passants ni promeneurs Ce qu on trouve dommage c est que souvent les artistes veulent produire une pièce pour l occasion et s il n y a pas de public c est un peu frustrant C est beaucoup de temps et d énergie pour un jour et demi Ça ne me gêne pas parce que j ai récupéré assez de choses dans le fait de faire l expo mais pour l artiste c est peut être autre chose mais ça fait partie du truc S S Ce qui est frustrant pour moi c est le manque de moyen On ne peut pas soutenir la production A R Et on voudrait mieux communiquer Mais on n a pas le temps parce qu on doit gagner notre vie à côté Daté es Et la presse ne se déplace pas S S Déjà quand tu es un lieu établi c est pas facile mais là on est des marginaux et presque à Renens

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/LAUSANNE/NAPHTALINE-SANDRO-SANTORO-ARTIST/LAURENT-KROPF/article-26.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — Espace My.Monkey — Nancy
    galerie sans aucune intention marchande autour de l art qui propose de faire découvrir les variétés du graphisme contemporain et sa porosité avec les autres disciplines art contemporain design architecture vidéo musique etc Nous avons sur place quelques objets produits par les artistes invités du merchandising t shirts micro éditions affiches mais cela reste très anecdotique on ne vient pas vraiment chez nous pour faire du shopping Notre activité est sous la forme d une plate forme sur laquelle les personnes et les projets viennent se greffer Nous avons par exemple Katarina qui nous a rejoint pour développer des actions spécifiques autour de l architecture Nous avons acquis au fil des ans une certaine notoriété dans le milieu qui peut permettre de nous considérer comme un tremplin C est pour cela que nous avons à c ur de laisser autant de place dans notre programmation aux artistiques confirmés qu en devenir L association veut conserver une ambiance conviviale imparfaite comme chez les potes pour être la plus accessible possible nous sommes situés dans un quartier populaire et ainsi être malléable à volonté et à disposition autant pour les porteurs de projets que les artistes que le public Daté es Comment vous situez vous entre art et graphisme Morgan Fortems Au milieu Le graphisme est notre métier nous sommes probablement plus pertinents dans ce domaine pour sélectionner ou initier des projets Nous abordons donc l art par ce biais Notre souhait n est pas de montrer de jolies images mais bel et bien de montrer l inscription de cette discipline dans une démarche personnelle artistique revendicatrice expérimentale À l opposé nous montrons également des projets dans d autres disciplines qui viennent frôler le champ du graphisme Daté es Qui sont vos partenaires privilégiés et vos invités Morgan Fortems Nous sélectionons nos artistes principalement suite à un repérage sur internet magazines dans des expositions par bouche à oreille etc et un peu plus rarement nous diffusons des projets soumis spontanément par leurs auteurs les projets soumis sont de qualités très variables Chaque fois que nous rencontrons un artiste on en rencontre cent c est tout un réseau à explorer et de belles découvertes en perspective Chaque visite à l étranger ou dans une nouvelle ville est également l occasion d explorer la scène locale Notre activité est bien suivie par Etapes magazine français de graphisme et des blogs spécialisés En local nous essayons de nous impliquer dans le tissu associatif et nous travaillons régulièrement avec l Autre Canal centre régional des musiques actuelles Daté es Quelles sont vos sources de revenu Nous avons pendant plusieurs années tout payé de notre poche On faisait les expositions avec trois bouts de ficelle Aujourd hui nous sommes soutenus par la ville de Nancy et la DRAC de Lorraine Notre budget est très très serré et nous permet de survivre plus que de vivre Cette source de revenus publics nous permet d améliorer le confort des artistes et des publics ainsi que de mettre en place

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/NANCY/ESPACE-MY-MONKEY-MORGAN-FORTEMS/SOPHIA-BULLIARD/article-27.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — Collectif 1.0.3 à la Glassbox — Paris
    collectif était il de l anticipation ou au contraire déjà une situation à laquelle vous aviez due répondre et que vous souhaitiez clarifier JPJ semble être une facette poétique voir absurde ou plutôt non carthésienne de votre collectif On ne sait pas s il sagit réellement d un 4em membre ou davantage d un dédoublement de l une de vos personnalité jekyllienne Cet équilibre si l on peut dire ainsi s est il construit au fur et à mesure de votre expérience de collectif ou était il présent et affirmé dès le début Collectif 1 0 3 Jean Paul Jainsky JPJ notre pièce jointe ou en d autre terme le phare de déraison dont on ne pourrait se passer cf Erratum est devenu pratiquement dès le début de notre histoire collective le quatrième personnage de ce groupe Il est à la fois équilibre et réversibilité et modère notre gestion du collectif en nous postant ses productions qui sont à lire à la manière de nappes de mots dans lesquelles un chemin déductif est à construire JPJ est un instrument de la relecture Depuis nous observons la grande compatibilité entre nos méthodes de travail La première lettre qui fut activée par le collectif lors d une performance lecture au CEC de Genève pendant notre exposition personnelle à la Villa du parc sorte d Erratum d une exposition qui ne pouvait être complète sans cette rectification statutaire énonçait et annonçait désormais sa présence fantômatique au sein de notre groupe Il faut préciser ici que la personne cachée sous ce pseudonyme Jean Paul Jainsky existe bel et bien et pourrait être un sujet décrit par Jean Yves Jouannais dans Artistes sans oeuvres Il ne s agit donc pas là d un dédoublement de l une de nos personnalités jekylienne comme vous le disiez mais par là de poser la confusion quitte à donner à penser que nous ne serions que des imposteurs et lui l artiste cf lettre erratum Daté es Dans l ensemble de votre pratique tant avec JPJ ou directement avec certaines de vos pièces comme MISMA ou Apparesse vous ouvrez vos champs d investigations et de créations via la collaboration directe ou non avec des particuliers des institutions d autres artistes En quoi ce principe de travail vous tient il à coeur Comment le mettez vous en oeuvre Pourrait on dire en schématisant que vous êtes une sorte de collectif à géométrie variable avec un noyau dur Collectif 1 0 3 Je crois que c est assez juste de dire que le Collectif 1 0 3 est un groupe à géométrie variable doté d un noyau dur dans le sens où nous n avons jamais pensé réduire notre démarche collective à 3 1 Cette addition comporte un inconnu En effet que ce soit à travers le projet MISMA en se basant sur le contenu nommé du disque dur d un ordinateur donnant lieu à des cartographies sortes de portraits en creux de son utilisateur Apparesse en collaboration directe avec des

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/COLLECTIF-1-03-GLASSBOX-ANNE-COUZON-CESCA-ARNAUD-FRANCOIS-BERNUS/BENOIT-BILLOTTE/article-28.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — Art|Basel|Miami — Miami
    is still reeling about the economic crisis and a downturn from the frenzied pace of last year reportedly sales are steady and dealers are not walking away anxious or unhappy Barbara Gladstone presented a well rounded selection Particularly of interest was the shift in Matthew Barney whose dada inspired drawing on a vintage Time magazine cover of Marilyn Monroe is the first in a series of works which are to be paired with upcoming performances with an Egyptian subtext Then there were the endless satellite art fairs the most notable of which was Scope where the sales were strong Kazakstan artist Almagul Menlibayeva at Chelsea gallery Priska C Juschka Fine Art showed hauntingly cinematic photographs of what first appears as floating nude female bodies hanging from chandeliers with muslin covered heads At Design Miami Christina Grahales took a leap by devoting her booth to Chilean designer Sebastian Errazuriz whose steel chaise lounge from Design Art London resonated well with a newly presented custom skull embedded resin interior secretary and massive tree table Mikhail Gorbachev s art era was displayed at the Bass Museum of Art show Russian Dreams where AES F s lightbox digital portraits of unclaimed corpses dressed in haute couture drew a massive crowd As for parties every night was a steady stream of hotel events at the Setai Delano and Raleigh Visionaire presented Surpise at the transformed Raleigh in a star studded panorama where Marilyn Manson who debuted his watercolors this week mixed with Cecila Dean Orlan and Bruce Weber The issue of pop up s is a collaboration with Krug and a massive fountain of oversized champagne flutes with cascading champagne sparkled like hell The cup overflowith Unfortunately the champagne ran out a mere few hours into the party only to be followed by focused vodka

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/MIAMI/ART-BASEL-MIAMI/CHEONG-KWON/article-29.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — GENEVE*accessible, Antoni ABAD — Genève
    par les émetteurs genevois et les dessins d Alex Baumgartner Elle sera présentée au CAC le lundi 15 décembre à 17h en présence de Patrice Mugny des curateurs de l artiste et des émetteurs Le but de cette démarche aura été l implication directe des personnes à mobilité réduite dans les politiques d aménagement de la ville Mais le véritable enjeu du travail d Antoni Abad consiste dans la création d un groupe d individus partageant le même sentiment de discrimination au sein de leur contexte social et dans la possibilité de lui donner un moyen d exprimer son orgueil identitaire sa dignité son mécontentement ou sa joie de vivre Comme dans ses précédentes interventions avec les chauffeurs de taxi à Mexico les prostitués à Madrid ou les émigrés nicaraguayens au Costa Rica la médiation de l artiste a permis aux émetteurs genevois de se rencontrer de se regrouper et de s organiser de s emparer d outils de communication très sophistiqués et de poursuivre ainsi un travail de sensibilisation adressé non pas seulement aux acteurs politiques et aux visiteurs du musée mais à tous les habitants de la ville Lorsque le droit d accès aux lieux publics se conjugue avec le droit d accès à l expression le vrai défi devient dès lors la suite de l histoire cette communauté réussira t elle à survivre et à faire entendre sa voix en dehors de tout cadre institutionnel et avec les moyens de bord Affaire à suivre Le projet d Antoni Abad nous confirme par ailleurs l intérêt actif du Centre d Art Contemporain Genève et de sa directrice Katya García Antón en particulier dans le rôle social de l artiste En février 08 le Centre avait déjà ouvert ses portes à une autre communauté de personnes à mobilité réduite

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/GENEVE/MEDIATION-CENTRE-ART-CONTEMPORAIN-ACCESSIBLE-ANTONI-ABAD/TERESA-MARANZANO/article-30.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive

  • Daté — Studios Venturi — Lucerne
    tout un symbole A voir photos études et films des symboles de cette ville jeu qui sonnent comme autant de pieds de nez aux monuments épurés et fonctionnels du style international Visions décomplexées ou ode au mauvais goût le tout capturé pendant la légendaire Las Vegas research organisé en 68 grâce à l énergie et à au culot de trois jeunes architectes qui en ont eu marre bore de la

    Original URL path: http://xn--dat-dma.es/objects/LUCERNE/STUDIOS-VENTURI/NICOLA-DE-MARCHI/article-31.html (2015-09-25)
    Open archived version from archive